Add news
March 2010
April 2010
May 2010June 2010July 2010
August 2010
September 2010October 2010
November 2010
December 2010
January 2011
February 2011March 2011April 2011May 2011June 2011July 2011August 2011September 2011October 2011November 2011December 2011January 2012February 2012March 2012April 2012May 2012June 2012July 2012August 2012September 2012October 2012November 2012December 2012January 2013February 2013March 2013April 2013May 2013June 2013July 2013August 2013September 2013October 2013November 2013December 2013January 2014February 2014March 2014April 2014May 2014June 2014July 2014August 2014September 2014October 2014November 2014December 2014January 2015February 2015March 2015April 2015May 2015June 2015July 2015August 2015September 2015October 2015November 2015December 2015January 2016February 2016March 2016April 2016May 2016June 2016July 2016August 2016September 2016October 2016November 2016December 2016January 2017February 2017March 2017April 2017May 2017June 2017July 2017August 2017September 2017October 2017November 2017December 2017January 2018February 2018March 2018April 2018May 2018June 2018July 2018August 2018September 2018October 2018November 2018December 2018January 2019February 2019March 2019April 2019May 2019June 2019July 2019August 2019September 2019October 2019November 2019December 2019January 2020February 2020March 2020April 2020May 2020June 2020July 2020August 2020September 2020October 2020November 2020
News Every Day |

La finance canadienne doit être mieux préparée face aux changements climatiques

Le gouverneur de la Banque du Canada a tiré la sonnette d’alarme mardi quant à la nécessité de rapidement préparer le système financier canadien aux conséquences à venir des changements climatiques. 

Les institutions financières doivent évaluer les risques auxquels elles sont confrontées en cas de conditions météorologiques extrêmes ou de transition brutale vers une économie à faibles émissions de carbone, a déclaré Tiff Macklem dans son discours.

Selon lui, la finance canadienne doit faire en sorte d’être aussi résiliente face aux effets du réchauffement climatique qu’elle l’est face à la pandémie de COVID-19.

Si les institutions refusent de se préparer, le risque, selon M. Macklem, est que les banques centrales ne puissent plus venir en aide aux ménages et aux entreprises dans les moments difficiles. À terme, la stabilité du système financier tout entier est en jeu, a déclaré le dirigeant de la banque centrale canadienne.

Toutefois, le gouverneur remarque que la pandémie a exacerbé l’intérêt du public pour les questions liées au changement climatique.

La COVID-19 semble avoir porté l’attention de la population sur « les dangers planétaires extrêmes et la pertinence de la résilience ».

Cela diffère, a-t-il rappelé, de la situation suite à la crise financière de 2008 suite à laquelle la société s’est désintéressée des problèmes climatiques.

Les changements climatiques intéressaient M. Macklem avant même qu’il ne soit à la tête de la banque centrale . Il a déjà dirigé un groupe d’experts sur le financement durable qui a notamment recommandé une série d’options aux libéraux fédéraux, y compris des crédits d’impôt pour encourager les Canadiens à placer leurs économies de retraite dans des investissements respectueux du climat. (Photo : Sean Kilpatrick / La Presse canadienne)

Un nouveau plan d’étude

Face à ces problématiques, la Banque du Canada a lancé un projet pilote en collaboration avec le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF).

L’objectif de ce projet est de mieux comprendre les risques que représente le passage à une économie à faible intensité de carbone ainsi que les potentiels effets des changements climatiques sur le système financier canadien.

Les principaux prêteurs du Canada, la Banque Royale du Canada et la Banque Toronto-Dominion, et les assureurs Manulife Financial Corp, Sun Life Financial, Intact Financial Corp et The Co-operators Group font déjà partie de cette initiative.

Dans le cadre de ce nouveau plan d’étude, la Banque du Canada et le BSIF vont développer un ensemble de scénarios relatifs aux changements climatiques pertinents pour le Canada.

Cet ensemble sera par la suite appliqué aux bilans financiers des participants afin de déterminer les risques potentiels, indique le communiqué.

« Nous devons positionner le Canada de manière à ce qu’il puisse saisir les opportunités de protection du climat que les consommateurs, les travailleurs et les investisseurs recherchent », a déclaré M. Macklem dans le texte préparé de son discours obtenu par La Presse canadienne.

« Mais pour atténuer la menace et tirer profit de cette opportunité, nous devons tous nous mobiliser. Et nous devons le faire rapidement ».Tiff Macklem, gouverneur de la Banque du Canada

Le Canada est le quatrième producteur mondial de pétrole et a les émissions les plus élevées par baril parmi les grandes nations pétrolières, selon Rystad Energy. (Photo : Istock)

L’objectif de ce projet pilote est de permettre aux autorités et aux entreprises d’analyser des scénarios climatiques et de mieux comprendre les risques potentiels qui y sont liés, peut-on lire dans le communiqué.

Cependant, ce projet ne permettra pas d’évaluer l’exposition individuelle des entreprises financières aux risques liés au climat ou la résilience du secteur, précisent la Banque du Canada et le BSIF.

« Avec l’aide du secteur privé, nous serons en mesure de combiner l’analyse du climat aux données économiques et financières afin de nous assurer que nous disposons des meilleures informations possible pour remplir notre mandat », a déclaré par voie de communiqué M. Macklem.

La mise en place d’un pareil projet est particulièrement importante au Canada au vu des risques qu’encourt le pays en s’orientant vers un avenir à faibles émissions carbone.

En effet, le pays est le quatrième producteur mondial de pétrole et a les émissions les plus élevées par baril parmi les grandes nations pétrolières, selon Rystad Energy. Le secteur pétrolier et gazier contribue à environ 10 % du PIB canadien, et la dépendance à l’égard des combustibles fossiles se traduire par des risques climatiques plus importants pour les institutions financières.

Ce projet pilote se base sur un rapport d’étude publiée par des banques indépendantes de la banque centrale canadienne. La recherche a calculé les risques économiques liés à divers scénarios de politique publique.

Le calendrier et les effets de certains de ces changements varient en fonction de la lenteur ou de la soudaineté des revirements de politique, rapporte l’étude. Cela s’accompagne également de risques majeurs pour la banque centrale, les gouvernements, les institutions financières et le secteur des ressources.

Avec les informations de La Presse canadienne et Reuters.

À lire aussi :

Une conférence canadienne aborde la coopération fiscale en temps de pandémie

Mardi marquait le coup d’envoi de la TaxCOOP2020, une conférence sur la fiscalité basée à Montréal qui réunit les principaux acteurs mondiaux du milieu afin de réfléchir et débattre d’idées nouvelles pour aider à la coopération fiscale internationale en temps »




Read also

(Video) Furious Klopp has big fight with Des Kelly post-match in stunning interview

Worldwide coronavirus death toll hits 1,444,426: AFP COVID-19 tally

Kurds look on as Israel befriends old Arab foes



News, articles, comments, with a minute-by-minute update, now on Today24.pro




Today24.pro — latest news 24/7. You can add your news instantly now — here